baseline

L’objectif du GNI est triple :

  • L’information, le conseil et la défense des entreprises patrimoniales indépendantes : le GNI accompagne ses adhérents au quotidien pour leur répondre, les informer, les conseiller et même les défendre devant les tribunaux.
    Les membres du GNI bénéficient des services de ses experts en matière d’emploi, de formation, de fiscalité, de réglementation, d’hygiène, de qualité et de développement durable, de numérique…
  • Un lobbying auprès des pouvoirs publics : le GNI représente un bloc uni de professionnels indépendants sur les grands sujets qui préoccupent et fragilisent le secteur HCR auprès des instances dirigeantes.
  • La formation : un investissement stratégique, incontournable. Pour répondre aux besoins de ses adhérents, le GNI met à leur disposition ses deux organismes de formation : FAGIHT Formation, et Asforest.

Ainsi ses professionnels, élus, s’emploient au nom du GNI et dans l’intérêt de leur profession, à :

  • Agir avec détermination et conviction auprès des pouvoirs publics (instances départementales, régionales, nationales, ministère, administrations, organes de promotion et de concertation de notre secteur) et des instances européennes (Parlement, Commissions), avec lesquels ils entretiennent des relations permanentes et constructives.
  • En tant que fervents défenseurs du dialogue social, négocier avec les partenaires sociaux au niveau de leur branche d’activité afin de faire reconnaître les spécificités de leur profession et moderniser le secteur en lui donnant les moyens de s’adapter aux évolutions de la société.
  • Participer activement aux travaux des structures professionnelles et interprofessionnelles :
    • au niveau national, le GNI est membre de la CPME, du Medef, et de l’U2P
    • au niveau européen, le GNI est membre de l’Hotrec

Parmi les dossiers prioritaires du GNI :

  • La moralisation d’internet : le GNI agit pour un encadrement des pratiques internet depuis la fin des années 2000. Il a été la première organisation à saisir la justice. Il continue d’agir pour :
    • un encadrement des pratiques des OTAs,
    • une régulation des meublés de tourisme et une interdiction des soit disant restaurants collaboratifs à domicile et surtout clandestins,
    • un véritable droit de réponse sur les avis en ligne,
  • La valorisation de la qualité en réservant par exemple l’appellation « restaurant » aux seuls établissements proposant à la clientèle des plats cuisinés sur place à base de produits bruts à l’instar des boulangers,
  • La sécurisation des droits de terrasses, d’autorisation de nuit et autres concessions,
  • La mise en oeuvre de conditions d’emploi adaptées et sécurisées pour les salariés notamment les saisonniers et les extras,
  • Le développement de démarches respectueuses de l’environnement : dématérialisation, valorisation des bio-déchets…
  • Mais aussi la lutte contre la disparition des petits établissements et la poursuite d’un dialogue social de qualité permettant de concilier les différents intérêts de nos entreprises et de nos collaborateurs.

Efficacité et proximité sont les maîtres mots du GNI